trouver des professionnels de la maison et du jardin avec Avantages Habitat

Trouvez le bon PRO !

sur le Rhône (69), l'Isère (38) et l'Ain (01)

Choisir son chauffage traditionnel gaz ou fioul

Plus de 100% de rendement, de moins en moins d'émissions nocives, de plus en plus d'économies : les nouvelles chaudières ne cessent de se perfectionner.

Chauffage au gaz
Après 15 ans de bons et loyaux services, une chaudière gaz a toutes les chances d'offrir un rendement de l'ordre de 70 % (contre plus de 100 % pour les nouveaux modèles). Le temps est alors venu de la renouveler. À allumage électronique, sans veilleuse, la nouvelle génération évite tout gaspillage d'énergie et sait répondre à toutes les contraintes en matière de chauffage et d'eau chaude sanitaire. L'opération est rentable, a fortiori, si vous vous chauffez au GPL (propane). En effet, compte tenu du coût élevé de cette énergie (environ le double du gaz naturel), une chaudière neuve (basse température ou à condensation) sera amortie deux fois plus vite.

Chaudière murale ou au sol?
Les modèles au sol, plus lourds et plus solides, étaient censés bénéficier d'une durée de vie plus longue, mais aujourd'hui les versions murales bénéficient des mêmes atouts. Plus particulièrement destinées aux installations de petite et moyenne puissances, les chaudières murales s'installent facilement dans la cuisine en raison de leur compacité et de leur fonctionnement de plus en plus silencieux. Avec un encombrement de 40 à 60 cm de large, elles ne prennent pas plus de place qu'un élément standard et se fondent facilement dans le décor. Et avec un niveau sonore de moins de 40 décibels, il ya peu de risque d'être incommodé! En outre, rien n'empêche de les installer dans des logements dépourvus de conduit de fumée (ou dans ceux où le conduit est trop dégradé pour être utilisé), puisque le raccordement à une ventouse est là aussi envisageable.

Chauffage au fioul
Le fioul reste la meilleure solution pour les grosses installations de chauffage dépassant les 30 kW. Elle se justifie également en l'absence du gaz réseau. Grâce aux progrès réalisés sur les matériels récents, même en conservant les anciens radiateurs, le simple fait de remplacer la chaudière oriente à la baisse le budget chauffage. Au-delà de vingt-cinq ans d'âge, on estime que ses performances ont baissé d'environ 25 %. Il devient alors rentable de rénover son installation. Vous y gagnerez en confort, réaliserez des économies (hier, il fallait en moyenne plus de 3 000 litres de fioul pour se chauffer, aujourd'hui 1 800 litres suffisent) et participerez à la protection de l'environnement.

Gaz de ville ou GPL ?
Toutes les chaudières gaz peuvent fonctionner au gaz de réseau ou au gaz en citerne (propane ou butane). Depuis bientôt deux ans, le marché du gaz est ouvert à la concurrence, mais la gestion du réseau reste sous la responsabilité de GDF-Suez.
Cette entreprise nationale doit dorénavant rivaliser, au niveau de la distribution, avec d'autres opérateurs (EDF, Poweo, Altergaz, etc.). À vous de décider si vous restez fidèle au tarif réglementé ou si vous succombez aux offres commerciales des fournisseurs alternatifs, dont les tarifs sont libres. Côté GPL, le marché reste entre les mains de différents intervenants tels que Butagaz, Antargaz, Primagaz ou Totalgaz avec des formules qui tendent vers une meilleure maîtrise des dépenses: offres clé en main (de l'installation de la citerne à la mise en service), pose gratuite de la citerne, forfaits bloqués, incitations financières à la rénovation (programme Butaprimes de Butagaz), diagnostic énergétique gratuit (Primagaz), etc.

Chaudière standard ou basse température ?
Un modèle à basse température offre un rendement supérieur à celui d'une chaudière standard (plus de 90 %, contre 87 %), puisqu'il se contente de chauffer l'eau du circuit à 40-50 oC au lieu de 80-90 oC. Ces chaudières peuvent alimenter sans problème un réseau de radiateurs existants.

Et la chaudière à condensation ?
Moyennant un surcoût d'environ 30 %, le meilleur choix, c'est la condensation. Cette technologie permet en effet un rendement pouvant aller jusqu'à 108 % grâce à la récupération d'une partie de la chaleur émise par les fumées et la vapeur d'eau. À la clé, 10% d'économies d'énergie supplémentaires et des émissions polluantes réduites au strict minimum. Plus récentes que celles à gaz, les chaudières fioul à condensation sont devenues très performantes. Pour preuve, elles représentent déjà 8 % des ventes dans la catégorie. Toutefois, il existe des contraintes : elles obligent à tuber le conduit de fumée existant. Par ailleurs, il n'est pas toujours judicieux d'associer la condensation avec une installation existante.
L'idéal est de la conjuguer avec des émetteurs tels que le plancher chauffant ou les radiateurs «chaleur douce», qui limitent la température de l'eau à 50 oC. Les conseils d'un professionnel sont les bienvenus. À savoir: dans la loi de finances pour 2009, cette installation est la seule à être encore éligible au crédit d'impôt, lequel passe de 25 à 40 % quand la construction a plus de trente ans et que les travaux sont réalisés dans les deux ans suivant l'acquisition du logement.

Où placer la chaudière ?
Fini le temps où les chaudières fioul étaient reléguées à la cave! Propres et silencieuses, elles peuvent être installées partout. Certains modèles compacts se glissent même entre deux meubles bas de cuisine et des versions murales peuvent se caser avec un simple raccordement par ventouse avec percement dans un mur donnant sur l'extérieur.

Consultez la liste des chauffagistes professionnels des chaudières dans le Rhône et l'Isère.


Accueil | Articles Maison | Mentions légales | Plan du site | Contact | © 2007-2017 Marketing Développement