trouver des professionnels de la maison et du jardin avec Avantages Habitat

Trouvez le bon PRO !

sur le Rhône (69), l'Isère (38) et l'Ain (01)

Bien choisir son portail et sa porte de garage

Le portail

Aujourd'hui, la plupart des portails sont soit motorisés dès leur mise en oeuvre, soit un peu plus tard, de façon à étaler les frais. Question de confort, et de sécurité aussi, pour les utilisateurs.

Hormis certaines versions à vérins hydrauliques, les motorisations de portails destinées à l'habitat sont principalement de type électromécanique. Elles se composent donc d'un seul ou bien de deux moteurs selon qu'il leur faut actionner un portail coulissant ou bien les vantaux d'un portail battant.

Pour un portail battant

Dans ce cas, la plupart des moteurs - aussi appelés opérateurs ou motoréducteurs - sont fixés d'un côté aux piliers et de l'autre, aux vantaux. Ces moteurs prennent alors place derrière les piliers (côté jardin) et actionnent les vantaux au moyen de bras articulés, ou bien ils sont logés dans l'habillage de vérins à vis sans fin. Ces deux catégories d'appareils sont les plus répandues. Les vérins sont plutôt réservés aux portails très rigides (en acier) car ils exercent de fortes contraintes autour de leurs points de fixation au dos des vantaux.
En revanche, les systèmes à bras articulés (souvent aussi plus silencieux) disposent de par leur géométrie d'une cinématique plus naturelle, moins éprouvante pour les structures susceptibles de se déformer (en aluminium notamment).
Même remarque pour les motorisations encastrées. Plus particulièrement destinés aux portails lourds (en bois plein ou en fer forgé), ces opérateurs agissent directement sur les pivots inférieurs des vantaux. Ces moteurs sont alors particulièrement discrets car installés dans des coffrets, eux-mêmes encastrés dans la longrine.

Pour un portail coulissant

Très différent des précédents, ce type de motoréducteur est fixé au sol, au pied du pilier de départ ou un peu au-delà. À l'arrière, l'appareil est équipé d'un pignon chargé d'entraîner une crémaillère fixée au bas du portail sur toute sa longueur.
Équipé de galets encastrés sous sa traverse inférieure et coulissant sur un chemin de roulement scellé au sol, le portail est par ailleurs guidé en partie supérieure, par d'autres galets. Ces galets sont généralement montés sous une petite potence fixée sur le pilier de départ, lorsqu'il est maçonné.

La porte de garage

Que le garage fasse partie intégrante de la maison ou qu'il en soit une annexe, il nécessite lui aussi une porte offrant un maximum de confort et de sécurité. La facilité d'ouverture et de fermeture de la porte de garage est un des premiers paramètres à prendre en considération avant d'arrêter votre choix.

Une ouverture adaptée

Battante, basculante, sectionnelle, coulissante, pliante ou enroulable . .. À chaque famille de portes correspond une configuration et un usage du garage: simple parking, lieu de stockage, débordement sur l'intérieur ou l'extérieur, accès piéton, etc. (voir schémas page suivante).
Porte battante. À deux pans, en bois ou en PVC, c'est l'option la plus simple et la plus traditionnelle. La porte s'ouvre vers l'extérieur du garage et en libère ainsi l'intérieur. Elle nécessite donc un certain dégagement en façade, ce qui suppose que le garage ne donne pas directement sur la rue. La motorisation est possible avdc un système pour portails.
Prix: de 300 à 600 €.
Porte basculante. Débordante (vers l'extérieur) ou non, c'est la porte premier prix. En métal, elle présente l'avantage de libérer les côtés du garage, et l' inconvénient d'en occuper le plafond et la partie haute, ce qui peut s'avérer gênant quand on souhaite stocker des choses en hauteur. Seuls les modèles débordants sont motorisables, mais la motorisation est interdite en bord de route.
Prix : de 150 à 1 300 € (pour les modèles avec portillon intégré).
Porte pliante. À trois battants, elle s'ouvre vers l'intérieur. Généralement en bois, elle permet de coordonner la porte du garage à celle(s) de la maison. L'un des trois pans (le plus à droite) fait office d'entrée piétonne, ce qui permet d'aller et venir librement, notamment lorsque le garage abrite autre chose que la voiture. Elle ne permet pas la motorisation.
Prix: de 600 à 1 500 €.
Porte sectionnelle. Issue de l'univers industriel, elle est pourtant d'un usage plus convivial que la porte basculante grâce à ses panneaux sandwich faciles à manoeuvrer (légèreté de la mousse polyuréthane, bon équilibrage des rails, profils antipince-doigts, etc.). Rigides, les panneaux peuvent atteindre 40 à 45 mm d'épaisseur, offrant ainsi une bonne isolation et une bonne résistance à l'effraction. Motorisation possible.
Prix: de 300 à 2000 €.
Porte coulissante. La porte est guidée par des rails (haut et bas) et vient se loger le long du mur, ce qui permet de gagner un maximum de place, mais oblige à laisser ce pan de mur entièrement libre. En bois, PVC ou métal, cette porte offre une manipulation assez simple et autorise une ouverture totale ou partielle (passage piéton). Seuls les modèles en acier sont motorisables.
Prix: de 300 à 600 €.
Porte enroulable. Cette ouve.rture reprend le principe du volant roulant, ce qui permet d'économiser un maximum d'espace (le rideau disparaît dans un coffre fixé à l'intérieur du garage) et s'avère idéale lorsque les murs et le plafond sont inexploitables. Les lames (en aluminium et en mousse polyuréthane) isolent parfaitement le garage et s'accordent aux volets roulants de la maison. Motorisation possible.
Prix: de 1 500 à 2 000 €.

Consultez la liste des professionnels des portes, fenêtres et fermetures danns le Rhône et l'Isère.


Accueil | Articles Maison | Mentions légales | Plan du site | Contact | © 2007-2017 Marketing Développement